2_1 MAMCO 2_1 AGENDA PRESSE CHRONIQUES MISCELLANEES RADIO FILMS
4_1 EXPOSITIONS COLLECTIONS ARTISTES PUBLIC EDITIONS MUSEE INFORMATIONS

 

COLLECTIONS_PRESENTATION COLLECTIONS_ARCHIVES
A B C D E F G H i J K L M N O P q R S T u V W x y Z
    
Remy de Gourmont, Musées

le texte au format PDF
 


M. Uzanne appelait l’autre jour les musées des « écoles de simulation et de pastiche », et cela m’a semblé bien près de la vérité, sinon la vérité même. Il n’est pas douteux que les musées, répandus maintenant partout, ont développé outre mesure cette manie de l’imitation, qui est presque tout le génie humain. Mais il est des musées innocents, ceux des petites villes. La petite ville [Coutances] a son musée. C’est, à l’entrée du jardin des plantes, une vieille maison du dix-huitième siècle, dont une moitié est pleine de mauvaise peinture et dont le reste abrite des plantes délicates. Du dehors, on ne sait où commence la peinture, car la façade est tapissée par une magnifique glycine qui mêle ses grappes violettes aux fleurs charnelles d’un rosier grimpant. Rien n’est plus charmant que ces roses qui pendent de toutes parts et s’effeuillent en pluie odorante, cependant que se gonfle de l’autre côté de la cour un énorme massif de camélias qui proclame la douceur un peu humide du climat. Quelle opulente entrée de musée ! Il n’en est pas peut-être derrière laquelle on rêve un art plus délicat, plus intime, plus provincial, plus traditionnel, mais il en est bien peu qui mènent vers un tel néant ! Musée, pourquoi faire ? Est-ce que toute la ville n’est pas un musée vivant, avec ses églises aux pierres sculptées, ses vieilles rues désertes, ses vieux hôtels resserrés entre ses vieux jardins ? Un musée spécial, quelle dérision ! Comme une fausse notion de l’art a déformé les esprits ! Mais ce musée, du moins, a ce mérite de ne pousser ni à la copie, ni à l’imitation, plus heureux que le Louvre, il ne contient aucun chevalet et on n’y a jamais vu deux fois le même visiteur. Il n’est coupable d’aucune fausse vocation. Il jette même un certain ridicule sur l’art et les artistes. Mais il enchante le promeneur solitaire. C’est un musée innocent.

Remy de Gourmont, La Petite Ville, Paris, Mercure de France, 1913 ; Rezé, Éditions Séquences, 1994

 

 

  textes disponibles

>Remy de Gourmont, Musées
La Petite Ville, Paris, Mercure de France, 1913 ; Rezé, Éditions Séquences, 1994

Armand Silvestre, Le musée Ouweston
Les Facéties de Cadet-Bitard, Paris, Ernest Kolb, 1890