2_1 MAMCO 2_1 AGENDA PRESSE CHRONIQUES MISCELLANEES RADIO FILMS
4_1 EXPOSITIONS COLLECTIONS ARTISTES PUBLIC EDITIONS MUSEE INFORMATIONS

 

COLLECTIONS_PRESENTATION COLLECTIONS_ARCHIVES
A B C D E F G H i J K L M N O P q R S T u V W x y Z
    
  Peter Downsbrough 

expositions temporaires
Films, vidéos et éditions, 1980-2004  
Modèles, 1983-1998   

présentation des collections
L'Appartement    

présentation des collections / archives
Modèles modèles   
Modèles modèles 2   

LOCATE / AND AS, TO, 1995-1996
œuvre murale en 8 éléments ; lettres autocollantes, ruban adhésif et tube aluminium de 19 mm de diamètre ; 360 X 240 cm
coll. Mamco

Vues partielles de l'exposition






Peter Downsbrough, Modèles, 1983-1998

in cycle Patchwork in Progress 6
du 23 juin 1999 au 12 septembre 1999

Le travail de Peter Downsbrough génère une syntaxe entre le site et le sens, le langage et l’espace. « Locate / and, 2a, to » (1995-96) une œuvre murale présentée au Mamco est caractéristique des interventions dans le lieu d’exposition que l’artiste réalise depuis la fin des années 70. Des peintures murales de figures géométriques simples (lignes, parallélogrammes), de mots (conjonctions de coordination et adverbes), et des lignes que marquent des tubes de métal, le plus souvent suspendus au plafond, articulent conjointement des surfaces, des passages du plan à l’espace. Les mots et les motifs géométriques sont souvent coupés, tronqués comme dans « Power / from, to, with » (1986, réalisé au Consortium à Dijon) où le mot power est scindé en deux par une ligne oblique. Dans « As / if. to. » (1992, Collection Frac Lorraine), l’angle d’un carré noir est brutalement interrompu par le sol. De nombreuses œuvres se projettent en trois dimensions (par exemple, « Loin », au pavillon de Bercy en 1996, est une pièce en métal découpé qui se sépare de la façade du bâtiment). Ces césures, recoupements, induisent des surfaces virtuelles, les mots ne fixant que des concepts généraux dont le sens reste ouvert. L’agencement des éléments linguistiques et abstraits indexent et vectorisent ainsi l’espace d’exposition de manière non hiérarchique, plurielle. Bien que chacune de ses œuvres s’insère dans un espace déterminé, P. Downsbrough ne pratique pas un art 'in situ'. Ses recherches sont plutôt de nature formelle dans le sens où l’artiste formalise un espace virtuel, abstrait, réalisé à l’échelle du réel. Il en va de même du traitement de la page dans « Factor » (1994), un des nombreux livres d’artiste conçus par P. Downsbrough, dans lequel les mots, les lignes noires et les bandes rouges sont systématiquement conditionnés par les données matérielles de l’ouvrage.

Dans un langage plastique proche de celui des artistes conceptuels, dont P. Downsbrough est de quelques années le cadet, l’artiste inscrit son œuvre dans la continuité de deux traditions : une première, textuelle, qui irait de Mallarmé (« Notice », 1979-1985, prend un « coup de dés » à la fois comme méthode et image) à la poésie concrète et spatiale, et une seconde, plastique, que parcourt la ligne analytique et géométrique de l’abstraction du constructivisme russe à nos jours.

En parallèle, P. Downsbrough réalise de nombreuses photographies d’architecture et de mobilier urbain où il est encore question d’indices de localisations, de propositions formelles jouant avec des figures géométriques simples et frontales. Une sélection de ces œuvres est présentée au Mamco qui accueille actuellement une série de maquettes architecturales, de projets d’intervention sur façades, d’aménagements d’espaces et de maisons.


Peter Downsgrough est né en 1940 aux États-Unis, il vit à Bruxelles et à New York.