2_1 MAMCO 2_1 AGENDA PRESSE CHRONIQUES MISCELLANEES RADIO FILMS
4_1 EXPOSITIONS COLLECTIONS ARTISTES PUBLIC EDITIONS MUSEE INFORMATIONS

 

COLLECTIONS_PRESENTATION COLLECTIONS_ARCHIVES
A B C D E F G H i J K L M N O P q R S T u V W x y Z
    
  Walter Grab 

exposition temporaire
Du peu de réalité  

Walter Grab, Du peu de réalité
Walter Grab, Du peu de réalité
Monument — Nuit glacée, 1960
L’Inopiné, 1981




Walter Grab, Du peu de réalité

in L’Éternel Détour, séquence été 2013
du 5 juin 2013 au 15 septembre 2013



Petit-maître surréaliste suisse, Walter Grab cumule les raisons pour que le Mamco s’intéresse à lui. Les ramifications surréalistes  pénètrent profondément dans le subconscient du musée qui en a montré à plusieurs reprises des exemples au premier étage. C’était par exemple le cas d’Un portrait de Gérald Minkoff (hiver 2010-2011) et surtout de La Vie dans les plis (été 2012). W. Grab offre, lui, un exemple local  et singulier de la persistance du style surréaliste et de l’élasticité de ses thématiques.


W. Grab est aujourd’hui presque un inconnu. Peintre autodidacte, il s’est pourtant intégré à la scène artistique suisse de l’après-guerre en participant notamment à la fondation en 1950 du groupe Phoenix qui rassemblait des surréalistes suisses, autrichiens et allemands tels que Kurt Seligmann, Otto Tschumi, Ernst Fuchs et même Arnulf Rainer. Dans les années  1950, W. Grab participe à plusieurs expositions du surréalisme international, à Copenhague, Munich, Berlin et Zurich. Ses œuvres prennent place dans les collections des musées à Zurich ou Aarau et il représente même la Suisse à la Biennale de São Paulo en 1965 avec Meret Oppenheim. Passé cette date, et malgré des expositions régulières dans sa galerie zurichoise, il tombe dans un oubli dont le Mamco est fier de le sortir. Car, pour être un artiste en marge des développements de l’art contemporain de son époque, W. Grab n’en est pas moins un artiste intéressant, qui a su, au fil des décennies, développer un style de plus en plus personnel et de plus en plus maîtrisé jusqu’à devenir un véritable « petit-maître ». À ce titre, il trouve tout naturellement sa place à la suite de Julius Kaesdorf dans la Stanza.
Les peintures de W. Grab intègrent plusieurs éléments du vocabulaire pictural surréaliste. Le plus évident en sont les fonds dégradés du bleu glauque ou turquoise au jaune clair. Il y mêle des formes biomorphes, des figures rappelant Picabia, mais aussi un géométrisme hérité de Kandinsky, ainsi que des textes, formules mathématiques et schémas qui évoquent les illustrations scientifiques voire ésotériques. Les images ainsi créées vacillent entre le paysage surréaliste et l’abstraction moderniste, l’onirisme froid et la science-fiction. Mais, même s’il se singularise progressivement, il poursuit jusqu’à la fin de sa vie le dialogue avec les surréalistes.  En témoigne la Waldsymphonie (Symphonie sylvestre) de 1985 qui commente, en l’organisant  avec précision comme sur une plaquette électronique, la composition des différentes Forêt (1927) ou Forêt et soleil (1931) de Max Ernst.


Walter Grab est né à Affoltern en 1927 et mort à Zurich en 1989.