2_1 MAMCO 2_1 AGENDA PRESSE CHRONIQUES MISCELLANEES RADIO FILMS
4_1 EXPOSITIONS COLLECTIONS ARTISTES PUBLIC EDITIONS MUSEE INFORMATIONS

 

COLLECTIONS_PRESENTATION COLLECTIONS_ARCHIVES
A B C D E F G H i J K L M N O P q R S T u V W x y Z
    
  Michel Grillet 

expositions temporaires
Biens communs III  
Montagnes-Ciel  Grillet_Montagne_IM
Mémoire de paysage  

présentation des collections / archives
Modèles modèles 2   

Michel Grillet
Michel Grillet, Mémoire de paysage, 2006-2007
Coll. Mamco,
acquis grâce à la Fondation Coromandel




Michel Grillet

in cycle L’Éternel Détour, séquence printemps 2013
du 20 février 2013 au 5 mai 2013


Quelques mots très simples  suffisent pour décrire l’œuvre entière de Michel Grillet : il peint des paysages et des ciels. Mais la limpidité du projet masque mal la difficulté  d’une question pourtant tout aussi  simple en apparence : comment peindre  un paysage  au tournant des XXe  et  XXIe siècles ? Ou, pour  le dire autrement, comment être de son temps tout en inscrivant son travail dans la tradition d’un sujet déjà tant exploré ?


Pour M. Grillet, être de son temps implique un jeu d’allers et retours entre le temps de l’histoire et une temporalité personnelle, privée, voire intime. C’est en se confrontant aux exemples passés de la peinture paysagère qu’il élabore sa méthode. Il ne s’agit pas d’allusions érudites à l’histoire de l’art, mais plutôt de se saisir de certains mécanismes pour les réinventer.

Ainsi, des paysages extr ême-orientaux, M. Grillet reprend la dimension méditative, qu’il déploie de la rêverie sur l’étendue jusqu’à la fascination du cosmos. De son ancrage genevois, il retient et s’inscrit dans la tradition de la miniature, avec ce goût aporétique d’enfermer le plus vaste horizon sur le plus petit écran. Car pour M. Grillet, la pastille d’aquarelle remplacerait avantageusement l’interface d’un téléphone portable sur laquelle s’échangent maintenant nos photos souvenirs. Ses souvenirs à lui sont montagneux, ces nuits claires où le ciel faisait seul office de téléviseur. C’est là le temps personnel : les paysages de M. Grillet sont liés aux réminiscences enfantines, aux crapahutages alpins, sur le Pic Chaussy ou à Zuoz. Dans cette bibliothèque de souvenirs, il range d’anciennes cartes postales, celles qui ressemblent aux instantanés surannés que le filtre de la mémoire a parfois brouillés comme le revers d’un écusson. Son temps est enfin, dans sa dimension peut-être la plus privée, celui de la peinture. À l’instar de beaucoup d’artistes contemporains,  M. Grillet accorde une grande importance au processus de production de l’œuvre. Toutefois ce dernier n’est pas défini par un concept, mais par un geste, qui détermine une véritable discipline de peinture. Ses horizons Eau — Ciel sont ainsi le résultat de plusieurs dizaines de passages à l’aquarelle pour faire évoluer les tons de manière imperceptible. Cette attention au geste, même minuscule, révèle souvent à M. Grillet la direction que son travail  va suivre. C’est, par exemple, en observant les traces irrégulières des débordements du pinceau hors du cadre des Eau — Ciel qu’il découvre un motif de montagnes. Il les peint en une chaîne imaginaire ; c’est une évocation et non un souvenir. Ou plutôt, c’est encore le souvenir des gestes accomplis. « En regardant  chacune  de mes Montagnes — Ciel, dit M. Grillet, je peux savoir quand je les ai peints, comme si je lisais le journal de bord de ma technique. »

Aussi minutieusement attentif qu’il soit à son temps, le peintre est en revanche plus méfiant vis-à-vis de son époque. C’est en particulier à la virtualité des images dématérialisées qu’il veut répondre en insistant sur la peinture. Impossible d’oublier ce médium qui se rappelle sans cesse par des jeux sémantiques : la tautologie de peindre sur une pastille d’aquarelle ou l’oxymore de dessiner sur une gomme. Méditative et fragile, la peinture de Michel Grillet est, comme son Bouddha nous le signale, un petit véhicule vers la contemplation.


Michel Grillet est né en 1956 à Genève ; il vit à Genève.