2_1 MAMCO 2_1 AGENDA PRESSE CHRONIQUES MISCELLANEES RADIO FILMS
4_1 EXPOSITIONS COLLECTIONS ARTISTES PUBLIC EDITIONS MUSEE INFORMATIONS

 

COLLECTIONS_PRESENTATION COLLECTIONS_ARCHIVES
A B C D E F G H i J K L M N O P q R S T u V W x y Z
    
  Uwe Max Jensen 

exposition temporaire
in Jokes   

présentation des collections / archives
Modèles modèles 2   

Sculpture pour l'intérieur d'une chaussure, 1999
cailloux et carte
coll. de l'artiste
 






Uwe Max Jensen

in cycle Rien ne presse / Slow and Steady / Festina lente, premier épisode
Jokes  /  du 23 mai 2002 au 22 septembre 2002

L’exposition au Mamco accueille sa « Sculpture pour l’intérieur d’une chaussure ». Impossible de l’oublier une fois en place, elle irrite, elle fait mal et donne envie de l’ôter. Uwe Max Jensen travaille toujours ainsi, à l'image de cet irritant petit caillou qui se donne pour une sculpture. Il est le gêneur, le perturbateur, le poil à gratter humain qui met à rude épreuve l’ouverture d’esprit du visiteur. Faut-il jouer le jeu ? Ou se contenter d'en rire ?

Dans une logique duchampienne pleine d’humour, U. M. Jensen teste invariablement la tolérance de la compréhension de l’art et les limites de sa conception. La distinction qu’il opère entre représentation artistique et réalité triviale peut sembler ténue comme un trait de craie : « L’idée comme réalité, la réalité comme art ». C’est une exploration de la subtile frontière où l’œuvre d’art cède le pas à la réalité et vice-versa.
L’acceptation de la valeur artistique de l’objet dépend entièrement du public. Chez U. M. Jensen comme chez Duchamp, il y a un défi par rapport à une double dépendance : à l’autorité et à la bienveillance des institutions.

Parmi les actions de U. M. Jensen, on trouve « La Buanderie de Maman », où l’artiste installe sa propre mère avec une machine à laver, un séchoir et un fer à repasser dans le hall de divers lieux d’exposition (dernièrement à la Stockholm Art Fair 2002). Le public peut déposer son linge sale pour le retrouver propre et repassé à la sortie. L’artiste révère le temps précieux que les visiteurs consacrent à l’art et les libère en retour de leurs tâches domestiques. De retour chez eux avec leur linge frais, ils perçoivent une dimension artistique dans les actes triviaux de la vie quotidienne.

U. M. Jensen refuse les réponses négatives des institutions qu’il sollicite pour l’exposition de ses œuvres. Toujours accompagné d’un communiqué de presse, il annonce une radicalisation de la fameuse œuvre de Manzoni avec « Pendant une semaine j’utiliserai exclusivement les toilettes du Musée des Beaux-Arts d’Aarhus pour chier » ou « Je vais chier assis à l’envers sur les toilettes de la Tate Modern » (action surréaliste). Comme un cheval de Troie, il s’introduit et mine l’autorité institutionnelle de l’intérieur.

À travers ses œuvres, U. M. Jensen fait du monde un laboratoire expérimental. Ses stratégies d’action transforment sa vie en performance de longue durée. Une poursuite pour dette et un défaut de comparution au tribunal culminent par un ordre d'arrestation et une cabale en Scandinavie. L’action est annoncée dans un communiqué de presse comme « Most Wanted Men III », une performance de décembre 2000 à mars 2001. U. M. Jensen reprend donc le titre d'Andy Warhol, qui rendait esthétiques des affiches de personnes recherchées, s’appuyant lui-même sur « Wanted $2000 Reward » dont Duchamp avait fait une affiche fictive, se mettant lui-même dans le rôle du sujet recherché. Dans cette performance, U. M. Jensen vit personnellement le rôle du petit délinquant. Seul le communiqué de presse témoigne qu’il s’agit de plus qu’une simple contravention – d’un projet artistique en fait légitime. L’art et la réalité sociale de l’artiste sont inséparables. La performance « Most Wanted Men III » s’est terminée quand l'artiste s’est rendu de son propre gré au tribunal, qui l’a déclaré insolvable.


Uwe Max Jensen est né en 1972 à Alborg (Danemark), il vit à Aarhus (Danemark).