2_1 MAMCO 2_1 AGENDA PRESSE CHRONIQUES MISCELLANEES RADIO FILMS
4_1 EXPOSITIONS COLLECTIONS ARTISTES PUBLIC EDITIONS MUSEE INFORMATIONS

 

COLLECTIONS_PRESENTATION COLLECTIONS_ARCHIVES
A B C D E F G H i J K L M N O P q R S T u V W x y Z
    
  Stéphane Lallemand 

exposition temporaire
Télécrans : jeux éducatifs, 1989-1993   

Morceaux choisis de l'Histoire de l'art : Couple chinois, 1992
télécran ; 19.5 X 24 cm
coll. de l'artiste

Morceaux choisis de l'Histoire de l'art : La Trahison des images, 1992
télécran ; 19.5 X 24 cm
coll. de l'artiste

Morceaux choisis de l'Histoire de l'art : L'Enlèvement de Proserpine, 1991
télécran ; 19.5 X 24 cm
coll. de l'artiste



Stéphane Lallemand,
Télécrans : jeux éducatifs
, 1989-1993

in cycle Patchwork in Progress 5
du 24 février 1999 au 23 mai 1999

Dans un texte publié en 1992, Stéphane Lallemand se présente comme une sorte de « manifeste du dilettantisme absolu » qui aurait refusé « la spécialisation exigée pour un professionnel ».

Après des études d'ébénisterie et de sculpture à l'École des arts décoratifs de Strasbourg, il réalise des sculptures qui reposent sur l'interaction de matériaux bruts doués d'une forte présence physique et de règles constructives simples (déplacement, inversion, rotation). Les accessoires (roues, source lumineuse) qui s'ajoutent parfois à ces dispositifs, ainsi que leur tendance à se confronter à l'architecture, permettent de rapprocher son travail de certaines formes de l'art post-minimaliste ('Arte povera', Beuys et Sarkis – dont il fut l'élève).

Les « Télécrans » (1989-1993) sont un jouet qui permet à son utilisateur de créer une image à l’aide de deux boutons, une variante de l’ardoise magique, dont St. Lallemand dit qu'il lui a donné l'occasion de retrouver la « fascination » ressentie « face aux applications multiples de la géométrie élémentaire qu'[il] avait développées dans ses sculptures » – le simple déplacement du curseur lui permettant d'« obtenir l'image d'un tableau de Titien ».

S'ils témoignent d'une virtuosité qui ne peut étonner de la part d'un artiste « soucieux de la perfection du résultat », les « Télécrans » font aussi preuve d'un sens de l'humour et du dérisoire qui conditionne leurs enjeux. Ainsi le rapport à l'histoire de l'art énoncé par les chef-d'œuvres méticuleusement copiés (Titien, Rubens, Boucher, Courbet, Hokusaï, Van Gogh, Schiele, Picasso, Wesselmann) acquiert-il un sens pour le moins particulier lorsque le spectateur s'aperçoit qu'il a affaire à une collection d''erotica'. St. Lallemand a d'ailleurs développé ce côté érotomane dans une série d'images à caractère explicitement pornographique. Mais les idées de virtuosité et de pérennité attachées au chef-d'œuvre sont aussi contredites par la nature foncièrement éphémère du médium utilisé (l'image peut toujours être effacée). Le rôle que l’ancêtre de l'ardoise magique (le 'Wunderblock') a joué dans la définition de l'inconscient freudien ne contribue d'ailleurs pas à affaiblir l'ironie des « Télécrans ».


Stéphane Lallemand est né en 1958 à Épinal, il vit à Strasbourg.
www.stephanelallemand.net