2_1 MAMCO 2_1 AGENDA PRESSE CHRONIQUES MISCELLANEES RADIO FILMS
4_1 EXPOSITIONS COLLECTIONS ARTISTES PUBLIC EDITIONS MUSEE INFORMATIONS

 

COLLECTIONS_PRESENTATION COLLECTIONS_ARCHIVES
A B C D E F G H i J K L M N O P q R S T u V W x y Z
    
  Pierre Leguillon 

exposition temporaire
Danse libre   

Sans titre (tirages d’exploitation, barre de danse), 2006

Les dix mille
(U.L.S N°6, Marseille, coédition Mamco, Genève),
Teatro delle Esposizioni, Villa Medici, Rome, 2010
photo : Pierre Leguillon

Vue d’installation (Salle des titres), 2010

A silent Show, 2008




Pierre Leguillon, Danse libre

in Futur antérieur, séquence d'automne-hiver 2010
Logiques  /  du 20 octobre 2010 au 16 janvier 2011

Depuis 1993, la projection est au coeur du travail de Pierre Leguillon, celui-ci prenant généralement la forme de diaporamas — accompagnés de commentaires ou silencieux — réalisés par l’artiste. Son projet pour le Mamco occupe la moitié du premier étage et est lui aussi vertébré par le principe de la projection d’images, le couloir latéral reliant les salles, éteint pour l’occasion, représentant ici le chariot qui stocke et distribue, dans un projecteur, toutes les prises de vue destinées à être regardées.

Si, dans l’exposition de Pierre Leguillon, quantitativement la plus importante jamais proposée à ce jour, le couloir qui mène aux salles reste dans l’ombre, c’est pour mieux laisser apparaître la présence et la luminosité de ces dernières dans lesquelles on trouve tout autant des objets que des images, voire même un diaporama. Chacune des sept salles est occupée d’une manière bien précise. Mais elle est aussi clairement séparée des autres, donnant à la progression du visiteur dans cette partie du musée la fonction de lier chaque moment spécifique du projet. En réalité, c’est en se déplaçant que le regardeur opère un montage des différentes étapes de cette projection monumentale étendue aux dimensions de l’architecture. Et c’est bien de montage qu’il s’agit, chaque moment de celui-ci correspondant à chacune des sept salles, étant physiquement séparé de l’autre par une cloison. Plusieurs éléments généraux sont à relever dans cette mise en espace. L’utilisation ludique ou plastique de ce dernier tout d’abord (ainsi un néon de Dan Flavin est installé, comme il se doit, sur un mur alors que dans la vie courante ce type d’objet est au plafond, une bouteille est collée sur une cimaise à la manière d’un tableau piège de Daniel Spoerri, de grandes images semblables à des affiches sont mises au sol alors qu’elles sont d’habitude destinées à être accrochées ou collées au mur...) qui en fait ici un outil d’exploration du système des objets dans sa dimension physique. Le rôle dévolu à la lumière et à l’obscurité ensuite : la salle dans laquelle l’œuvre lumineuse de Dan Flavin est montrée, et face à laquelle est installée une pièce de Ad Reinhardt, n’est éclairée que par cette dernière ; le couloir est dans l’obscurité ; la salle dans laquelle est proposée une projection de publicités Volkswagen n’est pas éclairée, autant de façons de mettre en évidence (de mettre en lumière) et de laisser dans l’ombre pour créer des relations délicates entre les espaces et les formes, pour encourager la découverte. Enfin, cette exposition est amplement dominée par le modèle — le format — indépassable de la page. C’est lui qui traverse nombre de dispositifs visuels à travers, par exemple, des images accompagnées d’un commentaire, à travers la salle consacrée à Diane Arbus, ou à travers la mise en aplat du diaporama — non pas son aplatissement mais sa dissection spatiale — dans un espace dont un mur accueille l’inscription A Silent Show. Finalement, c’est la délicatesse matérielle et visuelle du regard, de son regard, que l’artiste explore et dévoile, une délicatesse qui passe largement par la fréquentation de la page et de la feuille, leur manipulation. Car pour P. Leguillon les images des images sont le matériau du travail. Elles composent une vaste conversation mutique et visuelle (« les images parlent aux images » selon ses propres dires) qu’il s’agit d’entretenir au sens de revivifier, de continuer à faire vivre. Cela signifie qu’il part d’un constat formulé par le philosophe allemand Walter Benjamin selon lequel la reproduction occupe une place dominante dans le monde actuel, et dans le monde de l’art tout particulièrement, pour redonner une dimension auratique à ce qui, a priori, l’a perdu ou a contribué à l’effacer. Et ce qui intéresse ici l’artiste est l’écart — l’intervalle — entre les reproductions qu’il s’agit d’inventer et de contempler simultanément. Ainsi une barre de danse est installée sur le mur d’une salle, objet a priori incongru dans un musée sur lequel il est recommandé de s’appuyer pour se délecter des images qui sont accrochées juste au-dessus : est-ce parce que le diaporama est une chorégraphie du regard, ou plus précisément une danse du souvenir, de la mémoire et par conséquent de la pensée, que cet objet impose sa présence décalée ? Danse libre, le titre de l’exposition, est déjà une réponse à cette question et désigne ce qui pourrait ressembler à une archéologie intime du regard.


Pierre Leguillon est né en 1969 à Nogent-sur-Marne, il vit à Paris.