2_1 MAMCO 2_1 AGENDA PRESSE CHRONIQUES MISCELLANEES RADIO FILMS
4_1 EXPOSITIONS COLLECTIONS ARTISTES PUBLIC EDITIONS MUSEE INFORMATIONS

 

COLLECTIONS_PRESENTATION COLLECTIONS_ARCHIVES
A B C D E F G H i J K L M N O P q R S T u V W x y Z
    
  John Miller 

expositions temporaires
Pilot, 2000   
Le Milieu du jour, 1994-2004   


Pilot, 2000, coll. MAMCO, don de l’artiste.
John Miller, Pilot, 2000

in Récit d’un temps court, été 2016
du 1er juin au 4 septembre 2016


John Miller est un artiste et théoricien qui, depuis le début des années 1980, développe une critique radicale des systèmes de valeur de notre société. A l’instar de Mike Kelley et Jim Shaw, mais également de Tony Oursler et Stephen Prina (tous au bénéfice d’une formation à CalArts), Miller utilise aussi bien les instruments de la représentation que les méthodes de la déconstruction. Ses peintures anti-héroïques, ses photographies prises pendant la « vacance » de midi, ses sculptures recouvertes d’un impasto marron qui évoque le lien entre abjection et création, sont autant de formes qui déstabilisent notre relation à l’image, à l’acte créatif et aux mécanismes de valorisation.

L’installation présentée ici, offerte par l’artiste au MAMCO en 2016, explicite ces enjeux de façon allégorique. Intitulée Pilot (comme l’on parle de « pilote » pour une série télévisée), elle offre une image synthétique d’un plateau de jeu (pupitres, « roue de la fortune » et éléments de mise en scène), soit d’un lieu où se rejoignent spectacularisation du quotidien et création artificielle de valeur. Le jeu télévisé est l’un des archétypes des sociétés capitalistes de la fin du vingtième siècle : des films du néo-réalisme italien des années 1960 jusqu’aux plus récents des scénarios d’anticipation, le jeu est toujours le signe d’un désenchantement du monde. Les régles sociales les plus injustes, la violence de certains clichés culturels et la vacuité d’une société basée sur la consommation, se trouvent « performées », jour après jour, par des anonymes qui sont autant d’acteurs d’une ritualisation d’échanges de plus en plus disymétriques. Par sa simplification du décor en éléments abstraits et son retrait de tout propos narratif ou anecdotique, John Miller dévoile les dispositifs du jeu, plutôt qu’il n’en critique les représentations.

L’installation trouve un écho dans une autre œuvre récemment offerte au musée et présentée au premier étage, où l’artiste reproduit le visage empreint d’émotions d’une candidate de ce que l’on nomme aujourd’hui la « télévision-réalité » — soit exactement l’inverse de ce que le terme désigne : une forme de théâtre contemporain où même les pleurs sont scriptés.



John Miller est né en 1954 à Cleveland, il vit à New York et Berlin.
www.lownoon.com