2_1 MAMCO 2_1 AGENDA PRESSE CHRONIQUES MISCELLANEES RADIO FILMS
4_1 EXPOSITIONS COLLECTIONS ARTISTES PUBLIC EDITIONS MUSEE INFORMATIONS

 

COLLECTIONS_PRESENTATION COLLECTIONS_ARCHIVES
A B C D E F G H i J K L M N O P q R S T u V W x y Z
    
  Stéphane Magnin 

exposition temporaire
Th8nkosmos-index 3 (Mimicry-masse critique)   

Vues partielles de l'exposition

Stéphane Magnin,
Th8nkosmos-index 3 (Mimicry-masse critique)

in cycle Mille et trois plateaux, premier épisode
Constellations  /  du 17 octobre 2004 au 16 janvier 2005

« Libertronaute », « Hypérion », « SM » sont autant d’identités endossées par Stéphane Magnin, artiste protéiforme dont la pratique recoupe, peintures, installations, dessins, sculptures et décors muraux.

Si chacun de ces qualificatifs évoque un univers extra-terrestre, c’est que S. Magnin est avant tout féru de science-fiction. « Hypérion » correspond notamment au titre du premier roman d’un cycle écrit par Dan Simmons, « Les Cantos d’Hypérion », publié en 1989. Simmons propose un univers de science -fiction idéal pour le jeu de rôle, univers qui sied à merveille aux divers projets de l’artiste. «Je pratique un jeu étendu, dont je perds le sens au fur et à mesure, où les règles que j’utilise forment une

mosaïque ambivalente et contradictoire, où les orientations et les décisions sont tour à tour l’enlisement stupéfiant et la volonté de produire des diktats inoxydables. »

À l’instar des épisodes d’une saga, S. Magnin décline ici son exposition en trois volets afin « de montrer aux habitants encore vivants de cette planète, un environnement du feu de dieu, thermo-nucléaire-globale, etc. » Avec « Th8nkosmos-index 1 (Gravité zéro) », ont d’abord été installées une vertèbre (1,3G) au sein de laquelle le visiteur peut se lover ; puis avec « Th8nkosmosindex 2 (TC2, To Numnscribers of Radical america) », ce fut le tour d’une bibliothèque dont les compartiments reprennent la forme hexagonale de cellules, le tout faisant écho aux motifs des papiers peints l’entourant. Enfin, avec « Th8nkosmos-index 3 (Mimicry-masse critique) », dernier ajout à ce labyrinthe en 3D, une structure rappelant les dômes en plastique créés par Hans-Walter Müller durant les années 1970 s’est adjointe aux sculptures déjà présentes. Cette proposition d’exposition évolutive fonctionne ainsi comme l’invasion d’autant d’éléments organiques sur le Plateau des sculptures. S. Magnin réorganise l’espace, lui redistribuant une circulation fluide au milieu d’objets et de formes rappelant à la fois la science-fiction et le design.

Au-delà de ces références « science fictionnelles », S. Magnin met constamment en jeu d’autres problématiques dont la lecture ne s’opère pas au premier degré. Selon Joseph Mouton, « L’œuvre de S. Magnin s’édifie au confluent de deux voies a priori inconciliables : ‘glitter’ ludique et activisme radical. » Les installations de S. Magnin placent effectivement le visiteur au milieu d’espaces mixant à la fois culture populaire (bande dessinée, mangas, jeux vidéo) et haute culture (le traité « De la guerre » du général prussien Von Clausewitz, Guy Debord et l’Internationale Situationniste). Il manipule, mixe et contamine ces références hétérogènes dans un esprit poétique et infiniment libre, leur attribuant par-là même un aspect critique. Cette pluralité des sources participe dès lors à une réaction spontanée au diktat du monde environnant. En rendant par exemple hommage à l’architecture utopique des années 1970, S. Magnin réactive en quelque sorte un mode de vie communautaire jugé aujourd’hui alternatif et dépassé mais dont la proposition, radicale, prend tout son sens au regard de l’individualisme forcené de la société contemporaine. Il en est de même avec les slogans et citations qui scandent l’exposition : « no war = no pop-culture », « la réalité n’aura pas lieu » officient comme autant de phrases dont la charge sémantique se retrouve décalée, ce qui leur confère cet effet de déjà lu troublant et de légèreté poétique.

Malgré les chausse-trappes, faux départs et autres porte-à-faux, chaque élément dans la pratique de S. Magnin renvoie à un autre, créant un univers dense et complet semblable à « OPIDRO » (au pays des héros).


Stéphane Magnin est né en 1965 à Paris, il vit à Cap D’Ail.