2_1 MAMCO 2_1 AGENDA PRESSE CHRONIQUES MISCELLANEES RADIO FILMS
4_1 EXPOSITIONS COLLECTIONS ARTISTES PUBLIC EDITIONS MUSEE INFORMATIONS

 

COLLECTIONS_PRESENTATION COLLECTIONS_ARCHIVES
A B C D E F G H i J K L M N O P q R S T u V W x y Z
    
  Jean-Marc Meunier 

exposition temporaire
Ville, 2006   

Amsterdam, 2002
tirage couleur sur papier Fuji Crystal Archives ; 73,4 x 63 cm
coll. de l’artiste
© Jean-Marc Meunier

Vue partielle de l'exposition
deux photographies de la série des rues piétonnes (1998-2005)
tirage couleur sur papier Fuji Crystal Archives ;
73,4 x 63 cm
coll. de l’artiste
© Jean-Marc Meunier

Sans titre, 2006
ensemble de 16 photographies, tirage couleur sur papier Fuji Crystal Archives
coll. de l’artiste
© Jean-Marc Meunier

Vue partielle de l'exposition



Jean-Marc Meunier, Ville, 2006

in cycle Mille et trois plateaux, sixième épisode
Conjonctions  /  du 9 juin 2006 au 17 septembre 2006

La ville est le sujet de prédilection du photographe genevois, Jean-Marc Meunier. Depuis 1980, il interroge la nature équivoque de l’espace urbain. De l’observation à la juxtaposition, ses séries de clichés déclinent des images urbaines et péri-urbaines qui sont familières sans qu’il soit possible d’en identifier le lieu. Ce procédé illustre l’homogénéisation de certains types de territoires.

Ses images de rues piétonnes, prises dans plusieurs villes d’Europe, montrent l’uniformisation de ces lieux tout en nous incitant à y déceler les signes cachés d’une identité propre à chaque pays. L’urbanisme, l’architecture, les magasins et leurs enseignes sont les mêmes. Les gens et leur code vestimentaire se ressemblent. Seuls quelques indices distinguent Athènes de Dortmund ou Amsterdam.
Jean-Marc Meunier ne fixe pas des places prestigieuses, des fontaines, des monuments ou des bâtiments célèbres. « L’esprit du lieu » est exclu de la recherche.
Les prises de vues, toujours centrales, insistent sur la prolifération du phénomène des zones piétonnes omniprésentes dans le centre des villes. De la plus petite agglomération à la mégapole, elles fleurissent dans l’objectif de se réapproprier les centres-villes. Vu le succès numérique de la formule, l’exigence d’entretien est passée au deuxième plan. L’entropie des villes émane d’une course à la rentabilité. Les rues piétonnes étaient pensées comme des centres de délectation urbaine dans les années 1960-1970. À l’heure actuelle, elles sont devenues des non-lieux qui incarnent la dégradation des villes : des centres commerciaux à ciel ouvert.

La deuxième série de photographies que présente J.-M. Meunier s’intéresse aux zones résidentielles périurbaines en Suisse. Ici poussent les petits immeubles qui reproduisent une idée déviée de l’architecture vernaculaire : l’arrivée furtive de la ville dans la campagne.

J.-M. Meunier nous présente un constat sans ironie ni doigt levé, mais son regard questionne la culture populaire de la ville et joue avec sa limite.


Jean-Marc Meunier est né en 1958 à Martigny, il vit à Genève.