2_1 MAMCO 2_1 AGENDA PRESSE CHRONIQUES MISCELLANEES RADIO FILMS
4_1 EXPOSITIONS COLLECTIONS ARTISTES PUBLIC EDITIONS MUSEE INFORMATIONS

 

COLLECTIONS_PRESENTATION COLLECTIONS_ARCHIVES
A B C D E F G H i J K L M N O P q R S T u V W x y Z
    
  Deimantas Narkevicius 

expositions temporaires
Trois sur trois  
Deux sur trois  
Un sur trois   

Revisiting Solaris, 2007
film 35 mm transféré en vidéo HD sur disque dur
couleur, son (V.O. lituanien)
durée : 18 minutes
film still
court. gb agency, Paris et Jan Mot, Bruxelles



Deimantas Narkevicius, Deux sur trois

in Futur antérieur, séquence d'été 2009
Le Principe d'incertitude  /  du 24 juin 2009 au 27 septembre 2009

Revisiting Solaris (2007)

« Le futurologiste Stanislaw Lem prédisait que le développement technologique dominerait progressivement les rapports humains. L’intelligence artificielle (la machine) irait même jusqu’à tenter de remplacer les sentiments inhérents aux êtres humains. « Cela ne sera pas », déclara Lem dans l’une de ses dernières interviews. Il savait que la vraie intelligence artificielle ne pouvait être créée : des imitations de plus en plus bonnes apparaîtraient à la place. L’appareil électronique appelé ordinateur prétend déjà être doué d’intelligence. Il est même capable d’être un partenaire de conversation conscient pour les êtres humains : cela n’est ni de la déception ni de la substitution mais de l’imitation. Des projections psychiques matérialisées basées sur la mémoire des individus apparaissent dans Solaris, le drame spatial de Lem. L’astronaute Chris Kelvin reçoit les visites d’une femme absolument identique à son épouse décédée. Le réalisateur légendaire Andrej Tarkovskij a adapté assez librement le roman au cinéma en 1972. Dans son film, Tarkovskij a ajouté un élément familial l’astronaute rend visite à son père dans la maison familiale avant de partir dans l’espace. De plus, une assez longue partie du film se situe sur Terre : le départ de l’astronaute pour l’espace et son retour sur Terre à la fin du film, quand il revient dans la maison de son père. Dans la façon dont le film est construit, ou plus précisément composé, les cadres des scènes de nature ont une signification assez symbolique et elles sont visuellement liées aux peintures de la Renaissance ou à celles des maîtres Romantiques. Il me semble que Tarkovskij fut moins critique que Lem sur l’impact grandissant des médias électroniques (et des médias en général) sur les rapports humains.
Dans mon court film, Revisiting Solaris, l’acteur Donatas Banionis apparaît à nouveau dans son rôle de Chris Kelvin plus de quarante ans après que Solaris ait été réalisé par Andrej Tarkovskij. Revisiting Solaris est basé sur le dernier chapitre du livre de Lem, chapitre qui a été laissé de côté dans la version de Tarkovskij. Dans ce dernier chapitre, Kelvin réfléchit à sa brève visite sur le « sol » de la planète Solaris peu de temps avant son retour de la mission spatiale. Comme matériel pour visualiser le paysage de Solaris, j’ai utilisé une série de photographies prises par le peintre symboliste et compositeur lituanien Mykalojus Konstantinas Ciurlionis en 1905 à Anapa. Les oeuvres de Ciurlionis sont empreintes d’une conception originale de l’espace, produisant l’impression d’un temps sans limites et en expansion infinie. Les images ont ainsi la qualité d’une vision cosmique et d’une profonde concentration intérieure. J’ai trouvé très intéressant qu’en 1971, Andrej Tarkovskij filme la même surface de la Mer Noire en Crimée pour représenter le paysage de cet océan mystérieux. »

Deimantas Narkevicius


Deimantas Narkevicius est né en 1964, il vit à Vilnius (Lituanie).