2_1 MAMCO 2_1 AGENDA PRESSE CHRONIQUES MISCELLANEES RADIO FILMS
4_1 EXPOSITIONS COLLECTIONS ARTISTES PUBLIC EDITIONS MUSEE INFORMATIONS

 

COLLECTIONS_PRESENTATION COLLECTIONS_ARCHIVES
A B C D E F G H i J K L M N O P q R S T u V W x y Z
    
  Nathalie Novarina et Marcel Croubalian 

exposition temporaire
Hybrid Systems, 2002   

Hybrid Systems, 2002
copies d'écran
coll. des artistes


Nathalie Novarina et Marcel Croubalian,
Hybrid Systems, 2002

in cycle Rien ne presse / Slow and Steady / Festina lente, troisième épisode
Eau & Gaz à tous les étages  /  du 28 février 2003 au 20 avril 2003

Corps Objets

« Nous sommes en train d’assister à l’émergence d’un nouveau type d’êtres humains. Complètement à l’aise dans le cyberspace, où ils passent une partie de leur vie, connaissant parfaitement le fonctionnement de l’économie en réseau, plus intéressés par l’accumulation d’expériences excitantes et distrayantes que par l’accumulation d’objets, capables d’interagir simultanément dans des univers parallèles, près à changer de personnalités pour s’adapter à de nouvelles réalités – authentiques ou simulées? », constatait le sociologue Jeremy Rifkin. Nathalie Novarina et Marcel Croubalian sont les premiers spécimens authentiques de cette génération cyber. Passer des nuits entières devant l’écran d’une playstation à la recherche de sensations artificielles, adopter et vivre au rythme d’un Tamagoshi, s’entourer de poupées mangas et de toutes sortes de gadgets aux couleurs attrayantes et à la voix électronique, voilà l’univers de ce couple peu commun. Les œuvres digitales qu’ils proposent viennent tout droit de cette réalité virtuelle. Sous formes de véritables programmes existentiels, de parcours ludiques ou de jouets de compagnie, celles-ci reflètent des rapports ambigus entre l’homme et la machine. Dans « The Mental Surgery Project » (1999) un cerveau informatique analyse et solutionne de façon mathématique les comportements de l’être humain. La psychologie est réduite à un simple produit. […] « Mental Fitness » (2000) permet de régénérer son cerveau aux sons hypnotisants d’un parcours sportif jonché de pilules alléchantes aux qualités multiples : acquisition de pouvoir, de confiance en soi, d’énergie et de résistance. Les « 4P.M. à adopter » (1998) et « ED » (2000) – des Play Mobils format adulte et un écran interactif qui donne vie à un gros nounours en manque d’amour – sont de gentils « amis pour la vie », dociles, affectifs et « plus propres qu’un animal de compagnie ». Avec des objets de consommation animés, l’affectivité n’est plus un problème? du moins dans ce monde virtuel.

Nathalie Novarina et Marcel Croubalian offrent donc des pièces à la fois ludiques et ironiques, non sans questionner et souligner les failles et les rapports nouveaux, souvent pervers, qui s’installent avec ces modèles artificiels. Leur dernière création, « Hybrid Systems », explore le thème du virus et de la contamination au travers d’une installation close et plutôt menaçante : par le hublot d’une chambre hermétiquement scellée on découvre un organisme cybernétique, qui se reproduit par clonage à l’infini, et qui est contenu dans un espace qui limite son potentiel nocif. La jeune créature féminine protagoniste de cette simulation a des formes tout à fait séduisantes : une mini robe blanche, des bottines aérodynamiques assorties et de beaux yeux prêts à nous séduire. Issu d’une matrice vierge à disposition dans les programmes de base d’animation tridimensionnelle, ce virus au féminin a obtenu toutes les données techniques et proprement physiques nécessaires pour faire partie de notre monde humain. Il respire, cligne des yeux, nous sourit. Seule anomalie, sa chair métallique et ses yeux trop verts par lesquels les risques de contamination sont élevés. [...] Cette pièce questionne la notion du corps et dans un sens plus large les rapports toujours plus complexes et inquiétants entre biologie et technologie. Le spectre du clonage, la manipulation du vivant, la fabrication de robots à notre image, l’implantation de pièces de rechange sur le corps humain, que de thèmes brûlants qui n’ont pas fini d’être explorés. Tout cela est pourtant déjà bien commun des initiés aux univers artificiels. Les cyborgs, êtres mi-humains, mi-machines, y peuplent les images d’un futur informatisé. Mais combien de temps faudra-t-il attendre pour que cette fiction devienne réalité ? Les frontières ne sont-elles pas déjà bien fragiles entre les deux mondes ? 

C’est aussi la question de l’effectivité de ces espaces virtuels qui est en cause. Lorsqu’un utilisateur d’Internet passe une partie de sa journée à bavarder sur un site de rencontres où à explorer différents parcours d’un jeu électronique dans le but de découvrir la solution d’une énigme, son vécu au travers de l’écran est pour lui réalité effective. Même si celle-ci demeure impalpable. C’est la complexité des échanges entre ces deux univers parallèles qui intéressent nos deux artistes. Pour toute la « génération@ », la coexistence de ces deux mondes fait partie de leur vie. […]

Charlotte Mailler, 2002


Nathalie Novarina est née en 1967 à Genève où elle vit.
Marcel Croubalian est né en 1967 à Montréal, il vit à Genève.