2_1 MAMCO 2_1 AGENDA PRESSE CHRONIQUES MISCELLANEES RADIO FILMS
4_1 EXPOSITIONS COLLECTIONS ARTISTES PUBLIC EDITIONS MUSEE INFORMATIONS

 

COLLECTIONS_PRESENTATION COLLECTIONS_ARCHIVES
A B C D E F G H i J K L M N O P q R S T u V W x y Z
    
  Gina Pane 

exposition temporaire
Tout ici ressemble à là-bas, 1965-1987   

Pierres déplacées, 1968
action in situ, Valle dell d'Orco (Turin), juillet 1968 8 photographies couleurs ; 100 X 260 cm
coll. particulière, Paris
   
Azione sentimentale, 1973
action à la Galleria Diagramma, Milan
7 photographies couleurs ; 120 X 100 cm
coll. particulière, Paris
   
Stripe — Rake, 1969
2m2 de sable, 1m2 de humus, 1 râteau en bois conçu par l'artiste portant sur sa barre l'inscription en lettres dorées : Stripe — Rake
coll. particulière, Paris
   
Le riz n° 1, 1970-1971
bac métallique rempli de terre et d'eau, alignement de tiges métalliques à 3 branches représentant la pousse de riz ; au mur le mot 'riz' en néon rose ; 2 micros ; une vitrine contenant une cartouchière U.S. ; une poignée de riz
coll. Musée départemental des Vosges, Epinal



Gina Pane, Tout ici ressemble à là-bas, 1965-1987

in cycle Vivement 2002 !, deuxième épisode
du 17 juin 2000 au 21 janvier 2001

« Vivre son propre corps veut dire également découvrir sa propre faiblesse, la tragique et impitoyable servitude de ses manques, de son usure et de sa précarité. En outre, cela signifie prendre conscience de ses fantasmes qui ne sont rien d’autre que le reflet des mythes créés par la société… le corps (sa gestualité) est une écriture à part entière, un système de signes qui représentent, qui traduisent la recherche infinie de l’Autre. » Figure majeure, féminine de surcroît – dans le contexte des années soixante-dix, cette précision est d’autant plus signifiante – référence absolue de l’art corporel en France de ces années-là, Gina Pane a développé une pratique artistique vécue dans l’expérience de son corps. Un corps fragile, vulnérable, cherchant à mettre à jour des représentations refoulées, entièrement tourné vers les souffrances du corps social. Un corps vécu dans la conscience d’une responsabilité de notre présence au monde, en osmose avec la société contemporaine, un corps biologique, psychologique, social, pouvant agir comme élément libérateur de l’individu « anesthésié par la vie urbaine et la société qui l'aliène ».

Commencée dans les années soixante sur les territoires de la peinture et de la sculpture, la démarche de G. Pane s’est articulée en périodes volontairement différentes mais s’est développée dans un processus continu et cohérent. D’emblée, elle a placé son travail dans le refus d’une inscription dans la continuité de l’histoire de la modernité dogmatique. Ses peintures géométriques ne sont pas de purs exercices abstraits mais, déjà, engagent à une interprétation dépassant l’analyse purement formelle. Ses sculptures, « structures affirmées », « pénétrables », en appellent aux mesures du corps humain, à son mouvement, à son déplacement. Ce questionnement de la sculpture au travers de la relation physique à l’objet fait écho aux recherches que mènent alors, notamment, Bruce Nauman et Robert Morris et est, indéniablement lié au bouillonnement événementiel de la danse et de la musique impulsé par Merce Cunningham et John Cage, « les détonateurs d’une nouvelle relation ».

De la conscience de ce corps en mouvement, de sa capacité expressive tant physique que psychique, G. Pane va élaborer un vocabulaire plastique d’une liberté absolue, un langage hors limite qui, par sa justesse et sa précision, bouleverse encore aujourd’hui. Ses premières actions (terme qu’elle préférait à celui de « performance » trop proche de la théâtralité), réalisées 'in situ' furent des expériences vécues solitairement dans sa relation personnelle à la nature. Inscrivant « hors vue » des gestes dans le paysage, enfouissant dans la terre un rayon de soleil, déplaçant des pierres, relevant des traces, G. Pane ouvre à l’art un espace qui dénie l’importance de l’objet. Ces interventions allaient la conduire à utiliser son corps comme un champ d’expériences. Un mode d’expression qui prend la forme de longues actions, silencieuses, animées de gestes rares, lents, médités, dans lesquelles les blessures, la douleur deviennent outil de langage, rituel symbolique. Scénographiées avec précision – incluant de nombreux dessins préparatoires qui transcendent les gestes par leur valeur spirituelle, textes manuscrits et photographies – ses actions faisaient alterner douceur, jeu, plaisir avec l’insupportable de la souffrance. Éloignées de toute représentation, les actions de G. Pane étaient des moments intenses qui atteignaient « la psyché du spectateur », renvoyé à lui-même dans la prise de conscience d’un « être douloureux » de l’homme confusément ressenti par chacun. En 1981 G. Pane terminait le cycle des actions. Naissent alors des œuvres plastiques, les « Partitions », desquelles son corps est absent mais qui continuent dans le choix précis des matériaux, de porter les symboles d'une réalité du corps, instance médiatrice entre la chair et la pensée, le visible et l'invisible.


Gina Pane est née en 1939 à Biarritz, elle est décédée en 1990 à Paris.