2_1 MAMCO 2_1 AGENDA PRESSE CHRONIQUES MISCELLANEES RADIO FILMS
4_1 EXPOSITIONS COLLECTIONS ARTISTES PUBLIC EDITIONS MUSEE INFORMATIONS

 

COLLECTIONS_PRESENTATION COLLECTIONS_ARCHIVES
A B C D E F G H i J K L M N O P q R S T u V W x y Z
    
  Tatiana Trouvé

exposition temporaire
The Longest Echo — L’Écho le plus long  
    Dessins
    350 Points à l'infini
    Fantômes
    I Cento Titoli
    I Tempi doppi
    Les Indéfinis
    Les Refoldings
    Polders
    Prepared Space
    Sans Titre (Plug)
    The Guardian

Tatiana Trouve 1
Tatiana Trouve 2
Vues Partielles de l'exposition




Tatiana Trouvé,
The Longest Echo — L’Écho le plus long

in cycle Des histoires sans fin, séquence été 2014
du 25 juin 2014 au 21 septembre 2014



Fantômes


Cette œuvre a été conçue et produite par Tatiana Trouvé comme une réponse à une situation d’exposition dans une grande collection. Les Fantômes sont des cales sur lesquelles sont posées des œuvres lors des montages. En mousse, disposées au mur et au sol, elles protègent les œuvres qui finissent par y laisser leur empreinte. Ces cales ont été moulées et tirées en bronze, pour être présentées dans cette collection sans les œuvres qu’elles supportent.
Ce dispositif accorde donc aux œuvres une présence in absentia, dans un renversement qui ne comporte pour autant aucune ironie. Car si un discours est ici produit sur la collection, il ne doit rien à une posture de surplomb. Il cherche au contraire à mettre en jeu les relations d’implication que peuvent entretenir la collection et les fantômes, en figeant définitivement l’empreinte d’œuvres dans un alliage inaltérable.
Deux raisons sont évoquées par l’artiste pour déplier cette liaison. La collection est animée par un désir qui ne se résout jamais. Toute acquisition le prolonge, et le fantôme de l’œuvre en recueille le fantasme. Puis les fantômes sont des revenants, et le principe actif de la collection consiste à faire revenir les éléments qui la constituent dans ceux qui la complètent, hantée par ce qui fait retour en elle.
Mais le fantomal, rapporté à ces dispositifs, est aussi ce qui procède, dans l’absence de l’œuvre, de son apparition. Il faut alors envisager un mode d’existence fantomatique, spectral, des œuvres, dans les seuls songes du souvenir.



Tatiana Trouvé est née en 1968 à Cosenza ; elle vit à Paris.