2_1 MAMCO 2_1 AGENDA PRESSE CHRONIQUES MISCELLANEES RADIO FILMS
4_1 EXPOSITIONS COLLECTIONS ARTISTES PUBLIC EDITIONS MUSEE INFORMATIONS

 

COLLECTIONS_PRESENTATION COLLECTIONS_ARCHIVES
A B C D E F G H i J K L M N O P q R S T u V W x y Z
    
  Tatiana Trouvé

exposition temporaire
The Longest Echo — L’Écho le plus long  
    Dessins
    350 Points à l'infini
    Fantômes
    I Cento Titoli
    I Tempi doppi
    Les Indéfinis
    Les Refoldings
    Polders
    Prepared Space
    Sans Titre (Plug)
    The Guardian

Tatiana Trouve 1
Tatiana Trouve 2
Vues partielles de l'exposition
Tatiana Trouvé,
The Longest Echo — L’Écho le plus long

in cycle Des histoires sans fin, séquence été 2014
du 25 juin 2014 au 21 septembre 2014



Les Indéfinis

Certains travaux issus de l’activité artistique restent à un seuil. Ils existent mais ne trouvent pas leur place dans l’économie générale d’une œuvre. Ce ne sont ni les rebus ni les chutes d’une production. Simplement, ils ne parviennent pas à se relier à d’autres et demeurent aux franges, isolés, jusqu’à ce qu’ils finissent par créer un ensemble, singulier, de solitaires. Ces travaux, Tatiana Trouvé les a nommés Les Indéfinis.


Le mode d’existence des Indéfinis entretient de curieux rapports avec l’ontologie, car ils ne deviendront des œuvres qu’à condition d’être maintenus dans un état d’indécision. Ainsi, l’indéfinition ne devient-elle une qualité qu’à condition d’étendre le territoire de l’ontologie du domaine de l’être à celui du « peut-être ».
On peut tirer un second fil à partir de l’indéfinition, qui ne relève plus strictement du statut des objets, mais de leur mode de présence, lorsqu’ils sont exposés, c’est-à-dire lorsqu’ils s’offrent au regard. Tous les objets de l’art, exposés, sont en réserve, en veille ou en attente d’un regardeur qui active leurs potentiels. Mais quel regard pour ces Indéfinis ? Leur état indécis appelle une disposition spirituelle particulière du spectateur. Les caisses en plexiglas translucides sur lesquelles ils reposent ou entre lesquelles ils sont disposés ne sont pas des emballages comme les autres. Elles maintiennent ces Indéfinis dans leur état de veille en assumant le rôle d’un dispositif pour le regard. Car il faut, d’une manière ou d’une autre, rendre ces objets au vide : non seulement à celui que contiennent ces enveloppes fermées qui pourraient potentiellement les contenir, mais aussi aux espacements qui les séparent les unes des autres. Qu’ils demeurent ainsi des solitaires, mais que dans le jeu du regard, ils se combinent dans les superpositions de différents plans, rendant au dessin leur absence de statut.

Il faudra, in fine, relier « l’infini » tel qu’il est formulé par les « 350 points », à ces « indéfinis », dont la liste est ouverte, pour entrevoir, des uns aux autres, une autre percée dans l’espace des limbes.



Tatiana Trouvé est née en 1968 à Cosenza ; elle vit à Paris.