2_1 MAMCO 2_1 AGENDA PRESSE CHRONIQUES MISCELLANEES RADIO FILMS
4_1 EXPOSITIONS COLLECTIONS ARTISTES PUBLIC EDITIONS MUSEE INFORMATIONS

 

COLLECTIONS_PRESENTATION COLLECTIONS_ARCHIVES
A B C D E F G H i J K L M N O P q R S T u V W x y Z
    
français  I  english
Collections / 11 avril 2017 —

Espace Ecart



Fondé à Genève en 1969 par John Armleder, Patrick Lucchini et Claude Rychner, Ecart réunit un groupe d’artistes, un espace indépendant et une maison d’édition. Elargissant les activités « non-artistiques » d’un groupe d’amis — qui allaient de l’aviron à la cérémonie du thé — Ecart s’est rapidement établi comme un lieu de référence pour la diffusion en Europe des pratiques artistiques associées à Fluxus. Après un festival inaugural de happenings, la galerie Ecart a consacré des expositions à Daniel Spoerri, George Brecht, Ben, Ken Friedman, Manon, Olivier Mosset, Endre Tôt, etc., tandis que les Editions Ecart publiaient, entre autres, Genesis P.-Orridge, Lawrence Weiner, Annette Messager et Sarkis. Si on ajoute à cela l’organisation de récitals Dada et Fluxus, les propres activités artistiques du groupe, l’ouverture d’une librairie dédiée aux livres d’artistes et aux périodiques, on commence à prendre la mesure des productions protéiformes qui firent d’Ecart un important maillon du « réseau éternel » dont parlait Robert Filiou.

Au cœur des activités d’Ecart se rassemblait un faisceau de problématiques cruciales pour l’époque : le rôle central accordé à l’imprimé dans les années 1960 et 1970 ; le « paradigme performatif » qui prévalait pour Fluxus ; le travail collectif et tous les types de délégations auctoriales qui en résultent et enfin les systèmes d’échanges tels que le Mail art. En même temps, Ecart fut le terreau où émergea et se déploya le travail individuel de John Armleder, l’une des figures centrales du groupe. A partir de 1981, il se concentra sur ses propres travaux et le groupe se sépara l’année suivante.

L’espace Ecart du MAMCO fait apparaître les problématiques soulevées par le groupe, en particulier celles qui concernent les procédures curatoriales elles-mêmes, et la question des réinterprétations. Tous les livres publiés par Ecart sont présentés, ainsi que des « collages collectifs », les films du groupe et l’exécution de partitions de Dick Higgins et Lawrence Weiner.

Dans l’intervalle, Fluxus est entré dans les collections des musées, toujours plus intéressés à intégrer des archives et des pratiques artistiques débordant des catégories traditionnelles des beaux-arts. Aujourd’hui, ces formes et ces attitudes peuvent être vue comme les derniers instants de l’artiste en tant que « joueur », rejetant toute expertise et refusant encore d’être catégorisé comme un « professionnel ».


Ce projet bénéficie du soutien généreux de la Fondation Leenaards.