2_1 MAMCO 2_1 AGENDA PRESSE CHRONIQUES MISCELLANEES RADIO FILMS
4_1 EXPOSITIONS COLLECTIONS ARTISTES PUBLIC EDITIONS MUSEE INFORMATIONS

 

COLLECTIONS_PRESENTATION COLLECTIONS_ARCHIVES
A B C D E F G H i J K L M N O P q R S T u V W x y Z
    
français  I  english
Collections / 30 janvier 2017 —

Royden Rabinowitch


Royden Rabinowitch (né en 1943 à Toronto) est un acteur du renouveau de la sculpture post-minimaliste. Son œuvre, dont le développement s’appuie sur la distinction explicitée par Poincaré entre l’espace abstrait (géométrique et continu) et celui de l’expérience ordinaire (discontinu et localisé), interroge la notion d’espace. Il travaille par séries, privilégiant la tôle d’acier pliée mécaniquement et les sculptures de bois dont les éléments reprennent la double courbure des tonneaux. Intéressé par les « corps anthropomorphiques » de David Smith, Rabinowitch découvre au début des années 1960 les œuvres de Donald Judd et d’Anthony Caro. Là où Judd et Caro positionnent, selon lui, leurs sculptures dans un rapport à l’architecture (Judd) et au paysage (Caro), Rabinowitch crée des sculptures en dialogue avec l’espace du corps.

1st Address to « LeNez » (C) : Central Order of Things and Events — 1st Judgment on the Basis of Abstract Thinking (1962)  est composé d’un cône tronqué partiellement refermé à l’intérieur duquel est suspendu un poids (objet choisi pour sa capacité métaphorique, il évoque l’allongement du nez). L’œuvre est conçue comme une suite d’opérations : enroulement du cône et accrochage du poids. Elle appartient à un ensemble de cinq propositions qui se réfèrent à l’œuvre d’Alberto Giacometti ainsi qu’à deux sculptures de Boccioni : Développement d’une bouteille dans l’espace et Formes uniques de continuité dans l’espace.

Cône de graisse (1965)  procède aussi d’une suite d’opérations : l’enroulement du cône et le graissage de la surface qui, ne pouvant être fait de façon égale, rend le cône asymétrique. La graisse appliquée sur le métal masque le matériau sous-jacent et modifie l’aspect de la sculpture.

Karakorum (1968-1971), qui tire son nom de la cité fondée par Gengis Khan pour unifier les tribus vaincues, vise à synthétiser en une seule construction les travaux antérieurs. L’artiste opère ainsi une mise à plat, par stratification et pliage des formes précédentes, qui annonce les Handed Manifold (dès 1972), suite de sculptures plates visibles depuis des emplacements multiples.

Si le mode opératoire complexe mis en jeu par Royden Rabinowitch l’éloigne des préoccupations des artistes minimalistes qui lui sont contemporains, les matériaux utilisés et les formes géométriques épurées conservent à cette œuvre sa place au sein des expérimentations emblématiques des décennies 1960-1970.

Les œuvres présentées ici, mises en dépôt au MAMCO lors de son ouverture, ont été offertes au musée en 2016 par le collectionneur qui les avait réunies.







Vues partielles de l’exposition, coll. MAMCO.
Photos : Annik Wetter — MAMCO, Genève.