2_1 MAMCO 2_1 AGENDA PRESSE CHRONIQUES MISCELLANEES RADIO FILMS
4_1 EXPOSITIONS COLLECTIONS ARTISTES PUBLIC EDITIONS MUSEE INFORMATIONS

 

COLLECTIONS_PRESENTATION COLLECTIONS_ARCHIVES
A B C D E F G H i J K L M N O P q R S T u V W x y Z
    
français  I  english
Collections / 12 octobre 2016 —

Siah Armajani, Salon Scheerbart — Scheerbart Parlour


MANIFESTE. La sculpture publique dans le contexte de la démocratie américaine


« J’embrasse le commun.
J’explore le familier, le bas.
Donnez- moi l’intuition du présent,
vous aurez le passé et le futur. »
Emerson


1. La sculpture publique est la suite logique du mouvement moderne et des Lumières qui furent tempérées et déterminées par la révolution américaine.

2. La sculpture publique tend à dé-mystifier l’art.

3. La sculpture publique implique moins l’auto-expression et le mythe du producteur que son sens civique. La sculpture publique n’est pas fondée sur une philosophie qui chercherait à s’extraire de la quotidienneté de la vie de tous les jours.

4. Dans la sculpture publique, l’artiste propose sa compétence et c’est ainsi que l’artiste comme producteur trouve sa place dans la société. Il est nécessaire que le social et le culturel soutiennent la pratique artistique.

5. La sculpture publique est la recherche d’une histoire culturelle qui requiert l’unité structurelle de l’objet et de son cadre social et spatial. Elle devrait être ouverte, disponible, utile et commune.

6. La sculpture publique ouvre une perspective qui nous permet de comprendre la construction sociale de l’art.

7. La sculpture publique tend à combler le fossé qui se creuse entre l’art et le public pour rendre l’art public et les artistes à nouveau citoyens.

8. En général, la sculpture publique ne procède pas d’une idéologie ou d’un style particuliers. C’est par l’action dans des situations concrètes que la sculpture publique gagnera ses caractéristiques propres.

9. La sculpture publique a une certaine fonction sociale. Elle s’est déplacée d’une sculpture monumentale, d’extérieur, spécifique au site, vers une sculpture à contenu social. À travers ce processus, elle a annexé un nouveau territoire où la sculpture étend son champ à l’expérience sociale.

10. La sculpture publique croit que la culture doit être identifiée géographiquement, que l’idée de région doit être davantage entendue en termes de valeur. C’est le cas en politique. Pourquoi pas en culture ?

11. La sculpture publique n’est pas une création artistique isolée mais plutôt une production sociale et culturelle fondée sur des besoins concrets.

12. La sculpture publique est une production coopérative. D’autres acteurs, en plus de l’artiste, partagent la responsabilité du travail. Accorder tout le crédit au seul artiste est trompeur et faux.

13. L’art dans l’art public n’est pas un art distingué mais un art missionnaire.

14. Les dimensions  éthiques des arts sont pour la plupart perdues et c’est seulement dans une relation redéfinie avec un public non averti que les dimensions éthiques feront retour dans les arts.

15. Nous n’appréhendons pas la sculpture publique comme une chose entre quatre murs au sens spatial mais comme un outil pour l’action.

16. Il y a une valeur dans le site en soi mais nous devrions nous préoccuper du site le moins possible.

17. La sculpture publique n’est pas ici pour rehausser l’architecture, dedans ou dehors, pas plus que l’architecture n’est là pour loger la sculpture publique, dedans ou dehors. Elles sont destinées à voisiner.

18. L’art et l’architecture ont des histoires différentes, des méthodologies différentes et deux langages différents.

19. L’usage des adjectifs architectural en sculpture et sculptural en architecture, pour établir analogies, comparaisons, métaphores, oppositions ou similarités entre la sculpture publique et l’architecture a cessé d’être approprié ou valide.

20. La sculpture publique écarte l’allusion, l’illusion et l’hypothèse métaphysique selon laquelle l’être humain est seulement un être spirituel qui a été placé par erreur ici sur la Terre. Nous sommes ici parce que notre maison est ici et nulle part ailleurs.

21. L’environnement public est une notion de référence dans le champ où l’activité prend place. L’environnement public est une implication nécessaire de l’être dans la communauté.

22. La sculpture publique repose sur une certaine interaction avec le public, fondée sur quelques postulats partagés.

23. Il y a une limite à la sculpture publique. Il y a aussi des limites dans la science et dans la philosophie.

24. La sculpture publique ne devrait pas provoquer ou contrôler le public. Elle devrait mettre en valeur un emplacement donné.

25. En insistant sur l’utilité, la sculpture publique devient un outil pour l’action. C’est pourquoi nous rejetons la métaphysique kantienne et l’idée que l’art est sans utilité.

26. La sculpture publique rejette l’idée de l’universalité de l’art.

Siah Armajani
Écrit en 1968-1978, révisé en 1993







Dictionary for Building (détail), 1974-1975,
coll. MAMCO.
Photo : Annik Wetter — MAMCO, Genève.