g
h

A partir de leur rencontre en 1967, Gérald Minkoff (1937-2009) et Muriel Olesen (1948-2020) deviennent inséparables, sillonnent le globe (Afrique, Asie, Amérique latine, Etats-Unis, Europe) en appréhendant la vie comme des nomades curieux. En croisant le regard de leurs appareils photographiques respectifs, ils rendent compte du monde avec un esprit mi-scientifique et mi-facétieux, tout en développant un espace de création individuel. 

Leurs intérêts sont multiples et leur réseau éclectique : il va des Nouveaux Réalistes et du Pop Art à Fluxus, dont certains « membres » deviennent leurs amis. Ils échangent parfois, au fil des rencontres et des amitiés, leurs œuvres avec celles d’autres artistes. C’est ainsi que huit œuvres de la série Poussière de poussière réalisées par Robert Filliou en collaboration avec Daniel Spoerri et exposées au troisiéme étage intègrent, avec d’autres, la collection du MAMCO.

Gérald Minkoff, adepte des jeux de langage, était un « palindromographe » qui investissait tous les supports pour y inscrire ses énoncés réversibles – « plus court chemin pour aller d’où l’on vient ». Il utilisait plus particulièrement des carreaux de faïence émaillée, tels ceux qui surmontent depuis 1997 les ascenseurs du 4e étage du musée : AMEN ! ICI CINEMA !, anagramme du titre Anemic Cinema du film expérimental de Marcel Duchamp (1926). Dans une publication de 1997 consacrée à ses formules palindromatiques, Minkoff écrivait à leur propos, non sans humour : « Un palindrome remonte le temps à la même vitesse qu’il le descend. » La proximité des ascenseurs s’imposait donc.

Pionnier de l’art vidéo, performer, Gérald Minkoff intègre le groupe Ecart en 1973 et entreprend, cette même année, une série de « vidéos de cuisine » avec la collaboration de tous ceux qui partagent leurs repas dans l’appartement de la rue Grenus et dont les agapes sont enregistrées et filmées. L’année suivante, Muriel Olesen, vidéaste, peintre et sculpteur, expose à la Galerie Ecart Voyelles-Mystères et Boules de gomme, travail dans lequel des textes sont retranscris à partir des couleurs que Rimbaud attribue aux voyelles dans son poème éponyme, ainsi qu’une collection de bonbons classés par forme et « motif » – une expérience pata-scientifique pour traiter de l’évolution des espèces.

Rencontres et inventions collectives rythment la vie du couple Minkoff-Olesen, comme en témoignent le dessin et les photographies fixant la genèse de l’organe d’enregistrement de Cucumberland : Parlez, le concombre vous écoute ! On y voit un enregistreur Bell & Howell à cartes perforées qui complète un petit moteur, muni d’une oreille et mû par le vinaigre d’un cornichon. La cinquantaine de courts enregistrements ainsi récoltés fut ensuite interprétée lors d’une performance par Gérald Minkoff, une façon pour lui de ne jamais laisser les œuvres sans lendemains.  

  • L’exposition actuelle, organisée par Sophie Costes et Françoise Ninghetto, entérine le legs Minkoff-Olesen fait au MAMCO, suite au décès de Muriel Olesen l’année passée
LE MAMCO TIENT À REMERCIER SES PARTENAIRES
FONDATION MAMCOÉtat de GenèveVille de GenèveJTIFondation LeenaardsFondation genevoise de bienfaisance Valeria Rossi di Montelera
ghfk